logo b and smile
Orthodontie les bergues Genève Contact:
Adresse: quai des bergues, 27 1201 Genève, Suisse
Tel:(+41) 022 731 28 76, E-mail: geneva(at)basmile.com Spécialité: - Orthodontie esthétique et Invisible par gouttières transparentes plastiques - La clinique B And Smile® du lac de Geneve est specialisee dans l'orthodontie esthétique et fonctionnelle du sourire© Docteur Bergeyron Patrice

FAQ – Question sur les enfants

De 3 à 6 ans
Le traitement orthopédique en croissance
Orthodontie Pédiatrique
Orthopédie dento-Faciale
« Interception »

« L’orthopédie redresse les mâchoires l’orthodontie redresse les dents »,

«  Quand j’approche un enfant il m’inspire deux sentiments : celui de la tendresse pour le présent, celui du respect pour ce qu’il peut être un jour ». Pasteur

« Enfants, vous êtes l’aube, et mon âme est la plaine Qui des plus douces fleurs embaument son haleine Quand vous la respirez. »
Victor Hugo

« C’est construire en moi l’homme nouveau dans la fidélité à ce qu’est l’homme » P. Chauchard

« On ne soigne pas un patient pour le jour de la fin de traitement mais pour que son traitement l’accompagne tout au long de la vie. » Patrice Bergeyron

POURQUOI SUR DENTS DE LAIT

Les traitements sur dents de lait des enfants ont pour but de traiter les décalages de mâchoires qui ne permettent pas a l’os et aux muscles de grandir et de fonctionner normalement «  c’est comme un tuteur qui redresse dès que possible », plus on traite jeune plus on aide la nature plus on attend plus on force la nature donc plus le traitement est long, douloureux et récidivant,  devant parfois faire appel a la chirurgie pour « casser les mâchoires » et les réaligner. Ces traitements en stimulant la croissance de l’os donne de la place aux futures dents et facilitent  l’évolution l’alignement et la coordination des dents définitives5
Pour PETIT  1984 «l’orthopédie  s’intéresse  à  la  normalisation  de  l’enfant  pris  comme  entité biologique, l’orthodontie se limite au redressement  des  dents »
« On naît avec 2 mâchoires qui n’ont rien à voir entre elles, ni sur le plan embryologique, ni génétique ni fonctionnelle, l’une est issue du crâne et l’autre c’est un peu comme les jambes, elles sont décalées a la naissance et doivent se rejoindre a l’arrivée des premières dents de lait pour fonctionner ensemble.
Parfois la nature, l’hérédité, le pouce ou le « doudou » empêchent ses mâchoires de se rejoindre et créent des décalages de mâchoires. L’ enfants devant continuer à mastiquer déglutir et respirer, avaler et commencer à parler devra si il y a persistance des décalages, adapter et déformer sa croissance osseuse et musculaire pour pouvoir  « fonctionner » avec ses décalages.
Le but du traitement à cet âge et de lever les obstacles a la réunion des 2 mâchoires et d’aider la nature en simulant et stimulant la croissance dans une période très malléable ou les mauvaises habitudes ne sont pas acquises.
C’est comme un arbre soit vous mettez un tuteur dès qu’il se dévie et il se redresse soit il aura définitivement le tronc tordu et il faudra tailler les feuilles pour faire croire qu’il est droit dans un tronc tordu. C’est pareil avec les mâchoires, soit vous les redresser jeunes dès qu’elles n’arrivent pas a fonctionner ensemble pour redresser la croissance les muscles et les fonctions, soit, au mieux vous « forcez  la nature » plus tard pour qu’elles se rejoignent en tirant sur les dents avec des muscles déformés en espérant que cela tiennent dans le temps soit au pire vous « taillez »en arrachant les dents pour simuler un redressement avec des risques de « cicatrices » indélébiles et d’un visage modifié. 5

Les scientifiques les Universités les Professeurs ne sont pas d’accord sur l’Age de traitement, nous avons fait le choix d’une orthopédie Dento-Faciale basée sur l’observation de la croissance de l’ enfants

Pour le Pr Canal3 « Il est souhaitable d’examiner l’enfant à un âge précoce, afin de dépister une éventuelle anomalie et d’apprécier le stade de développement dentaire, osseux et psychologique de l’ enfants »3
« Les motivations de traitement orthodontique en denture temporaire (3 à 6 ans environ) seront :
– d’ordre préventif (empêcher l’apparition d’une anomalie en supprimant les facteurs étiologiques),
– d’ordre interceptif (empêcher qu’une anomalie existante ne s’aggrave)
Les praticiens préconisant un traitement en denture temporaire font valoir :
– une réduction du pourcentage d’extraction des dents permanentes
– un meilleur résultat esthétique et fonctionnel en raison d’une croissance faciale « réorientée ». 3

David Turpin éditeur en chef du journal Américain d’orthodontie et d’orthopédie dento-Faciale7écrit en 2004 sur l’âge de traitement pour élargir le palais «En un quart de siècle plus de 5000 articles et résumés ont été publiés sur l’expansion du maxillaire….à l’évidence le meilleur choix pour corriger les articulés inversés postérieurs est bien en croissance et en première dentition »

D’après  KROGMANN ,  environ  85%  de  la  croissance  de  la  face  est  exprimée  à  l’âge  de  5  ans  et  les  15%  restant  se  trouve  essentiellement  au  niveau  de  l’étage  inférieur.  De  plus  en  plus  d’enfants  se  retrouvent  en  denture  lactéale  avec  des  encombrements  dentaires  et  des  difficultés  d’évolution  des  dents  définitives  et  donc  de  leur  os  alvéolaire8

Les causes des déformations des mâchoires
Evolution vers une alimentation molle
Le Pr Limme lors de sa conférence en 2001 aux journées de la Fédération Française d’orthodontie explique que « trop souvent les aliments proposés dans nos sociétés modernes sont attendris, ramollis très énergétiques et souvent semi-liquides. Ils ne nécessitent guère de travail de l’appareil  masticateur et produisent donc peu de stimulations de croissance…des arcades qui restent trop souvent étroites…responsable d’encombrements et de  chevauchements lors de l’éruption des incisives définitives. Des traitements interceptifs dès l’age de 4 ans ( meulage, appareils amovibles d’expansion,…) peuvent précocement compenser ce sous-développement pendant une période ou les potentiels de croissance et de réponse aux stimulations sont optimaux. »

Pollution et hypodéveloppement des mâchoires
« Enfants, vous êtes l’aube, et mon âme est la plaine Qui des plus douces fleurs embaument son haleine Quand vous la respirez. »
Victor Hugo
On parle souvent de la pollution sans décrire les conséquences sur l’être humain. Le nez est un « filtre » pour permettre à  l’air d’arriver « pure » aux poumons, la pollution crée des allergies et des réactions par gonflements des muqueuses pour « freiner ou stopper » cet air pollué qui est respiré par le nez, mais la respiration devant continuer a se faire on ouvre la bouche et la respiration devient buccale exclusive avec des  amygdales et un larynx et pharynx qui doivent filtrer l’air a la place du «  nez » ce qui peut être une des causes des pharyngites ou laryngites.
L’air respiré par le nez de 3 a 6 ans aide au développement des fosses nasales sinus et la croissance maxillaire. La pollution entraine et entretien l’hypodeveloppement des maxillaires. 5

Pouce et tétine : obstacle a la rencontre et la croissance des mâchoires
Nous déconseillons de forcer un enfant a arrêter de sucer le pouce que ce soit par un appareillage fixe de type « grille anti-pouce » ou par des menaces verbales. Nous conseillons de proposer et d’aider le patient en substituant son pouce par le RCC qui non seulement l’aide a arrêter mais va reformer ce qu’il a déformer.
La grande majorité des enfants qui sucent leur pouce vers 6 ans le font plus par habitude que par nécessité et le simple port d’une plaque palatine les guérira de leurs habitudes déformantes. 2

Les « petites mâchoires »
« On dit souvent quand les dents définitives arrivent : la mâchoire est trop petite il va falloir enlever des dents pour aligner ou laisser pousser les autres dents, or si c’est la mâchoire qui est trop petite l’enfant doit avoir peu de place pour sa langue et peut être du mal a respirer, dans ce cas il vaut mieux faire grandir et Aider la croissance qu’arracher des dents a l’enfant et aggraver le manque de place pour sa langue et augmenter les risques de difficulté de respirer par le nez. » 5

Les Avantages de l’orthodontie pédiatrique sur dents de lait
Traitements simples    Répercussions globales
Action en période de croissance sans douleur
Pas le temps de prendre de mauvaises habitudes,(c’est comme quand on conduit une voiture, si on inverse les pédales de frein et d’accélérateur il est plus facile pour celui qui n’a jamais conduit de s’adapter que quelqu’un qui a déjà conduit et certains n’y arriveront jamais et préfèrerons gardait l’ancienne voiture). L’ enfants qui fonctionne avec des mâchoires décalées, au plus on attend pour traiter au plus il aura du mal a fonctionner avec des mâchoires « redressées », on sera alors obligé de faire appel a l’orthophonie, la kinésiothérapie l’ostéologie pour qu’il s’adapte a son nouveau contexte et en cas d’échec faire appel a la chirurgie des mâchoires, la chirurgie des muscles ou la chirurgie de la langue. Même dans les cas les plus difficiles cette chirurgie peut récidiver du fait de ces mauvaises habitudes avec des cas ou la chirurgie elle aussi aura ces limites. Même si une chirurgie doit avoir lieu plus tard elle sera plus facile et moins récidivante au plus le décalage aura été diminué. 5

« Nous devons réparer les mauvaises habitudes et les déformations le plus tôt possible. Le développement de la face et celui du crâne sont liés au formidable développement du cerveau… et là, tout se joue avant 6 ans ? Pour obtenir une occlusion bien fonctionnelle, l’ensemble du puzzle crânio-facial e doit accorder ses différents constituants en harmonie. C’est au niveau de cette organisation architecturale que nous agissons, dès qu’apparaissent des signes de dérapage, avant que ne s’engage un processus déformateur ? Il faut donc dépister les petites anomalies bien avant l’âge de 6 an…Notre action n’est pas de déplacer les dents de lait des enfants mais de corriger la forme et l’emboîtement des mâchoires, conditions nécessaires pour rétablir une bonne mastication et ré harmoniser la croissance des fondations osseuses ». 4

Améliorer le profil et le visage des enfants
Améliorer sans tarder le profil facial de l’enfant, c’est aussi induire un comportement plus
favorable de l’enfant avec les autres. 2

Réharmoniser et rééquilibrer dès que possible, respiration, mastication, diction, déglutition

Une étude du Pr Romette démontre que 72% des enfants de 11 a 13 ans souffraient de troubles de l’occlusion dentaire et de et de malformations dento-maxillaires consécutifs, pour la plus grande partie a des perturbations des  fonctions  oro-faciales : ventilation déglutition.
Respiration
«Quand les maxillaires n’ont pas eut un développement normal, ils ne peuvent recevoir en bon ordre les dents qu’il devrait contenir…les physiologistes ont montré depuis de nombreuses années que le développement du maxillaire supérieur ne pouvait se produire que grâce a la ventilation nasale et que ce manque de développement était a l’origine de la plupart des troubles orthodontiques » 6
Restaurer une bonne fonction incisive, c’est diminuer les risques de trauma chez les jeunes enfants dont la tête est lourde à porter c’est aussi favoriser des fonctions équilibrées (respiration nasale, mastication bilatérale alternée d’aliments durs de préférence, déglutition « type sujet denté » amélioration de la diction) 2.
La denture lactéale délimite deux territoires celui de la langue et celui des lèvres « on avale avec la langue et on articule avec les lèvres» 2

Diminuer les extractions pour manque de place
« Moins de cas à extraction ! Quand on traite jeune, en modifiant les fonctions perturbées on obtient une augmentation spontanée des dimensions transversales, et donc de l’espace disponible » 2

Diminuer les risques d’apnée du sommeil

Diminution des Otites et Apnées
« La restauration précoce d’une déglutition de type « sujet denté » permet bien sur, une croissance eumorphique des arcades dentaires, mais diminue aussi le nombre d’otites séreuses, et le nombre d’apnées du sommeil (l’avancée de l’arcade mandibulaire par bielles de Herbst et gouttières fait partie de l’arsenal thérapeutique de ces apnées, permettant d’éviter dans grand nombre de cas chirurgie ou masque …) » 2

Eviter les fractures des Incisives
« Restaurer une bonne fonction incisive, c’est diminuer les risques de trauma chez les jeunes enfants dont la tête est lourde à porter » 2

Diminution des risques pour les racines dentaires
« Les forces utilisées sont physiologiques, sans risques pour les racines dentaires » 2

Eviter les Extractions
Lors du congrès des chirugiens maxillo-faciaux en 20028  sur « préserver et reconstruire l’os alvéolaire » le dr Bergeyron P. propose de stimuler la croissance plutôt qu’extraire des dents « Pendant  des  années  l’ODF  à  visée  fonctionnelle  à  tentée  de  rééquilibrer  les  bases  osseuses  chez  les  jeunes  enfants, ensuite  est  apparue  l’orthodontie  multi-bague  s’appuyant  sur  les  dents  définitives  pour  s’attacher  et  compenser  les  décalages  des  bases,  au  prix  d’extractions  »orthodontiques»  avec  la  perte  de  l’os  alvéolaire  qui  les  accompagnent .Pour  préparer  cette  orthodontie  certaines  théories « extraction  programmées, extractions  sériés »  indiquées  les  extractions  de  4  à  12  dents  de  lait.  Aujourd’hui, 15  à  20  ans  après  nous  voyons  les  conséquences  sur  la  perte  de  l’os  alvéolaire.  Il  est  nécessaire  de  revenir  à  des  techniques  permettant  à  la  croissance  de  s’exprimer, aux  dents  de  faire  leur  éruption  et  donc  de  respecter  l’os  alvéolaire »8

Stabilité
« La  stabilité  c’est d’observer le nouveau contexte et de pouvoir  ré-intervenir  jusqu’à disparition de la récidive »©» 5, en effet nul praticien n’as la certitude de maîtriser la nature il faut savoir la respecter et étudier sa réaction. Tout acte thérapeutique qui va dans sons sens a des chances d’être stable.Tout appareillage qui aide la nature plutôt que la forcer a des chances d’être stable.
« Les forces utilisées sont physiologiques, et posent moins de problème de récidive ». 2

Inconvénients de l’orthodontie pédiatrique
Les traitements sont plus long : « c’est mieux mais plus long »
Souvent on fait croire qu’un traitement jeune permet d’éviter les traitements plus tard. C’est le plus souvent une erreur, quand on rééquilibre les mâchoires on facilite l’évolution des dents on évite les extractions…mais on ne permet un alignement et une coordination parfaite de dents qui ne sont pas présentent sur l’arcade. Souvent on diminue le traitement ultérieur. 5

A quel moment entre 3 et 6 ans
Dès que l’enfant et les parents sont prêts5
« Il faut que les parents soient convaincus de l’intérêt du traitement ; nous prescrivons un
Appareil, mais ce sont les parents qui le font porter à l’ enfants. » 2

Pourquoi tous les orthodontistes ne le font pas
« Les orthodontistes parlent beaucoup de prévention, mais n’en font pas, sauf exception. Ils font au mieux des traitements précoces pour une malocclusion en évolution ; au pire uniquement des traitements en denture permanente » 5
Ce n’est pas de la mauvaise volonté de la part des orthodontistes mais plusieurs raisons pratiques expliquent cet état de fait :
Ils ne voient pas les enfants très jeunes, c’est à dire à partir de 2-3 ans : ils ne les voient le plus souvent que vers 7-8 ans quand les incisives permanentes ont évoluées, ou vers 12 ans, avec l’évolution des canines.
Ils ne sont pas formés à une vraie prévention, mais à des techniques de correction des plus sophistiquées, ce qui leur prend beaucoup de temps.
Certains ne sont formés et habitués à ne traiter qu’en denture permanente.
D’autres le voudraient bien, mais étant « débordés » et ayant peu de temps pour les consultations, n’acceptent que les enfants plus âgés, chez qui ils sont obligés d’intervenir.
Ils ne sont pas toujours à l’aise avec les manœuvres de meulages, parfois nécessaires, car ils ont abandonné la pratique des instruments rotatifs (cela parait simpliste, mais cela m’a été souvent rapporté).
Les correspondants omnipraticiens, habitués à ces pratiques, finissent par n’adresser les enfants qu’en denture permanente et  le public, les parents s’habituent aussi à ce comportement. 5
Tous les traitements et appareillages de 3 à 6 ans ne se ressemblent pas
Traiter jeune, ce n’est pas poser un appareil a un jeune enfant, c’est diagnostiquer une dysmorphose et adapter un appareillage spécifique et unique. L’ISFESO préconise le Régulateur de croissance contrôlé© (RCC) qui loin d’être « une simple plaque , parfois commandé a un prothésiste en fonction de moulages ou au pire juste pour élargir la mâchoire» est un appareillage qui est issu d’un diagnostic individuel assisté des logiciels outils et procédures spécifiques aux orthodontistes de l’ISFESO pour faire un lien précis et efficace entre vos enfants, le prothésiste, votre orthodontiste et vous-même a partir de règles d’appareillages et avec des actions dentaires alvéolaires et osseuses. Plus les informations sont précises et facilement disponibles au plus l’appareillage et le traitement seront individualisés et efficaces car votre enfant reste un être unique. 5

Il faut adapter l’appareil au patient et ne pas adapter un patient a un appareil : trop d’orthodontistes attendent car ils n’ont pas les dents pour supporter un appareil, il vaut mieux choisir un appareil qui s’adapte aux dents présentent  pour corriger la déformation que d’attendre que la déformation s’aggrave pour adapter le patient a l’appareil en attendant que les dents support de l’accroche de l’appareil poussent. 5

Par rapport à un traitement orthodontique classique, l’appareillage du très jeune enfant est complètement différent.
En effet, c’est un véritable « bijou » fait sur mesure, qu’on pose à l’intérieur de la bouche ; de toutes le couleurs, il est « clipé » sur les molaires temporaires grâce à des « barrettes » sur lesquelles l’enfant s’accroche pour le sortir et le nettoyer après les repas. En général, les enfants s’adaptent très bien et très vite, en 2 ou 3 jours s’il mastique avec4.

Nous partageons les deux principes de P Fellus2 : pas de bagues et le moins possibles d’éléments extra oraux.
« Pas de bagues, simplement parce que les enfants qu’il traite, sont très souvent en denture lactéale,quelque fois en denture mixte, mais rarement en denture définitive ».
« Peu d’éléments extra oraux, car vu l’âge de ses patients, il obtient de très bons résultats, grâce il la rééducation et à des appareillages simples et ce en relativement peu de temps. »
Pourquoi être revenus aux anciens Palais
« Les traitements précoces avaient été délaissés car jugés décevants. S’adressant à des enfants trop jeunes pour être réellement motivés, avec des appareils amovibles qui rejoignaient le mouchoir, les bouts de ficelle ou le jeu de billes au fond de la poche ou du cartable. Ils étaient interminables quand ils ne s’avéraient pas inutiles ce qui est encore pire.
Pourquoi y être revenus ?
Parce qu’au-delà des problèmes qu’ils soulèvent, ils répondent à une logique fondamentale : pourquoi laisser s’installer et se développer sous nos yeux des anomalies alors que les enfants ont en pleine croissance donc en devenir.
L’orthodontie de jeune enfant bénéficie d’une période heureuse de la vie, sans conflits majeurs ni contrainte scolaire excessive » 1

Quels sont les avantages du Régulateur de croissance contrôlé
Si le «faux palais» est un ancien appareil qui ne servait qu’à déplacer les dents, nous y avons ajouté des auxiliaires de croissance en harmonie avec l’évolution des connaissances et notre expérience, pour faire un appareil unique qui est un véritable «régulateur de croissance contrôlée»© fabriqué sur mesure et individualisé aux dysfonctions et dysmorphoses de votre enfant pour l’aider à mieux respirer et faciliter la mise en place des dents5

Quoi  traiter entre 3 et 6 ans
1 Le chevauchement des dents de lait ou le manque d’espace entre les dents de lait
2  la béance : l’espace entre les dents du haut et du bas qui ne se touchent pas
3  la Supraclusion : trop de recouvrement des incisives
4  La classe II : le décalage entre la machoire du haut et du bas avec le plus souvent la machoire du bas en arrière par rapport a la machoire du haut.

Les questions que doivent se poser les parents
« Les dents sont-elles trop en avant car il suce son pouce ? Ouvre-t-il la bouche parce que l’air ne passe pas facilement par le nez ?Dans tous les cas, les incisives supérieures trop en avant ont perdu leur rôle de bouclier naturel et gare aux chutes de vélo ou de patins à roulettes. » 1
1 Voir tôt pour traiter mieux » Par Edith LEJOYEUX tribune dentaire 2005
2 Vingt raisons de commencer un traitement le plus tôt possible  par Patrick FELLUS L’Orthodontiste / n° 134 / Decembre 2006 17
3L’age de début de traitement en orthodontie :Brigitte VI-FANE, Pascal GARREC, Pierre CANAL (Faculté de chirurgie-dentaire Paris VII)Extrait de l’Information Dentaire n°20 du 21/5/98
4Dans la bouche, tout se jour avant 6 ans : Ed cranexpo- octobre 2003
5La prévention en orthopédie dento-faciale : Une utopie sans les omnipraticiens ! Alain Benauwt L’orthodontiste. N° 121 Septembre/Octobre 2004
5Patrice Bergeyron : président de l’ISFESO
6Apprenez à respirer à vos enfants : jean Paul ALLAUX ed COMESEM
7Dealing with posterior cross bite in young patients, Turpin, Am J Orthod Dentofacial Orthop 2004 : 126-531-2
8Stimuler la croissance dento-faciale et respecter l’os alvéolaire, P. Bergeyron résumé de la conférence a l’association des chirurgiens maxillo-faciaux, Paris 22-23 mars 2002
Avis PB

1 le décalage des mâchoires
Si un des parents hésite :
3  La mâchoire de la respiration
La première fonction du visage est plus particulièrement l’étage inférieur sur lequel nous travaillons est de respirer. Pour que l’air puisse passer il faut que la langue ne soit pas trop en arrière et donc que les mâchoires ne soit pas trop petites ou trop en arrière, sinon l’enfant devra ouvrir la bouche lors d’efforts ou du sommeil.
L’Air qui est aspiré doit passer au maximum par le nez qui « filtre » cet air pour qu’il arrive plus pur aux poumons. Cet air qui passe par le nez aère les sinus refroidit l’étage moyen du visage et le bas du cervelet grâce aux cellules ethmoïdo-frontales. Cet air véhiculé par le nez sert en quelques sortes a filtrer, aérer et refroidir tout le milieu du visage, or le maxillaire ( la mâchoire du haut) c’est un peu la mâchoire de la respiration, si elle a du mal a grandir, non seulement l’enfant a du mal a respirer mais en plus les dents ont du mal a pousser car elle n’ont pas la place dans cette mâchoire trop petite. Face a cette situation il y a deux solution :

L’orthodontie qui extrait des dents de lait car « la mâchoire et trop petite »
Avantages : Rapidité et spontanéité de l’alignement des dents sur l’arcade le plus souvent  sans appareillage et donc sans frais d’orthodontie.
Inconvénient :
1Obligation d’enlever plus tard des dents saines et définitives
comme on a perdu1 dent et enlevé 1 dent de lait, donc 2 dents de lait  pour mettre 1 dent définitive, on va se retrouver avec encore moins de place pour les dents qui attendent a l’intérieur de la mâchoire et on sera donc obliger d’enlever de façon irréversibles d’autres dents ou groupes de dents de lait et définitives.
2  La mâchoire reste petite et on améliore pas la respiration par le nez
Une étude scientifique (three-dimensional dental arc hand palatal form changes after extraction and nonextraction treatment, AJO-DO july 2004) a montré que les patients a qui on a enlevé des dents définitives pour orthodontie avaient les mâchoires plus petites qu’avant l’orthodontie avec moins de place pour la langue
3 La langue a moins de place
4 recul éventuel des lèvres et du visage avec moins bon vieillissement des tissus de soutien

L’orthopédie dento-faciale qui elle stimule la croissance de cette mâchoire.
En effet le maxillaire est une émanation du crâne dont les sutures reste malléables et ou l’ont peu stimuler la croissance par une stimulation douce, lente et permanente de cette suture

Il  n’y  a  pas  d’age  pour  entreprendre  un  traitement  tout  dépend  de  la  pathologie  des enfants,
l’orthopédie  Dento-faciale  corrige  les  déformations  des  dents  mais  surtout  des « mâchoires » qui soutiennent  les  dents  tout  en  rééquilibrant  les  muscles  et  les  fonctions  qui  permettent  la  croissance  faciale, elle  s’adresse  donc  a  des  enfants  en  croissance  et  recherche  une  action  globale  pour  faciliter  la  bonne  position  des  dents  qui  doivent  arriver, elle  ne  nécessite  pas  la  présence  des  dents  définitives  et  peut  être  entreprise  dès  l’age  de  2  ans. L’Organisation mondiale de la santé préconise une radiographie panoramique dès l’age de 3 ans pour contrôler l’évolution des germes des dents définitives.

L’orthodontie  redresse  les  dents, il  est  préférable  d’attendre  les  dents  définitives, elle  peut  donc  être  commencer  dès  l’apparition  des  premières  incisives  entre 7 et 8 ans  pour  bien  positionner  ses  dents  dans  le  sourire  mais  ne  se  finalise  que  vers  12  ans  pour  la  coordination  et  la  « concordance  des  dents », age  ou  toutes  les  dents  « auront  poussées », nous  pouvons  attendre  12  ans  pour  commencer  ou  tout  préparer  pour  qu’a  12  ans  le  traitement  se  termine.
Aujourd’hui  la  plupart  des  enfants  sont  appareillés  avec  des  verrous « bagues  ou  bracketts »qui  se  collent  sur  les  dents  définitives, ceci  afin  de  redresser  les  dents. Si  il  est  vrai  que  ces  traitements  modifient  la  position  des  dents, ils  ne  permettent  pas  dans  la  plupart  des  cas  de  redresser  les  « mâchoires »  et  peuvent  s’ils  sont  commencés  trop  tard  modifié  le  visage  en  compensant  des  décalages. Il  est  préférable  de  voir  les  enfants  dès  que  les  « mâchoires »  ou  la  croissance  est  déviée ( à  partir  de  +- 2  ans)  pour  recréer  une  harmonie, le  plus  souvent  avec  des  appareils  amovibles  afin  de  préparer  un  traitement  multibague  ultérieur, plus  court  et  dans  un  contexte  morphologique  équilibré, ce  qui  respectera  l’équilibre  individuel  des enfants  et  donc  un  meilleur  résultat  esthétique  qui  dépassera  le  sourire.